La règle du jeu

8 septembre 2014 par - économie numérique

ibo_et_non_redibo_house_of_cards22_1

DR

Si Netflix ne réussit pas son lancement en France, il y aurait de quoi désespérer Los Gatos

La plateforme américaine de vidéo à la demande a bénéficié d'un engouement médiatique à faire pleurer de jalousie ses concurrents français Canal play , Filmo Tv, vidéo futur ...

Canal play compte déjà plus de 500000 abonnés, offre 10000 programmes en illimité, et est aussi disponible sur les supports mobiles mais depuis sa création les journalistes ne se sont pas bousculés au portillon pour en vanter les mérites.

À croire qu'une offre de qualité conforme  à  la réglementation française, soutenant  la création nationale et européenne est au fond très banale et ne mérite pas le déplacement   alors qu'être  californien et comme tous les grands champions du net priser les installations dans les petits pays à la fiscalité accommodante  sont des vertus suceptibles d'attirer le chaland.

Il est vrai que la dimension planétaire de Netflix ,son agilité à se déployer sur de nombreux marchés , la secousse que son arrivée en France va produire peuvent enflammer les esprits .

Mais le plus intéressant est que Netflix s'est fait véritablement connaitre non par des prouesses technologiques ou par la profondeur de son catalogue mais par son  investissement qui lui a assuré la première diffusion exclusive de l'excellente  série " House of  cards "

Une mécanique en fait très classique qui devrait rassurer les créateurs  inquièts de bouleversements affaiblissant  les diffuseurs traditionnels dont le financement est absolument indispensable à l'existence des oeuvres cinématographiques et audiovisuelles.

Les nouveaux services  ne pourront se développer sans programmes forts et sans doute plus originaux et moins formatés, mais cette loi ne suffira pas à garantir en Europe le financement de sa création car  le système qui fait remonter vers la production les ressources de la diffusion est contourné par les acteurs  du Net grâce à la législation européenne qui privilégie le pays d'émission.

Ce qui a été décidé pour l'harmonisation des règles concernant la TVA doit être généralisé pour assurer faute d'une harmonisation communautaire une concurrence loyale entre tous les opérateurs exerçant leurs activités sur un même territoire.

Le CNC toujours réactif  a déjà devancé l'appel pour ce qui concerne les contributions qui lui sont dues même si  je ne doute pas que les Bruxellois de service sauront lui mettre des bâtons dans les roues au nom du dogme de la concurrence libre et non faussée entre des acteurs dont certains courent en maillot de bain et d'autres en queue de pie.

Mais le plus dur reste à faire concernant les obligations de production.

Il faudra aussi et en celà l'arrivée de Netflix est une bonne nouvelle en finir avec les théories fumeuses  de l'échangisme libertaire qui privilégie l'expropriation des créateurs du monde entier au détriment de  la mise en place de services innovants respectant les droits de propriété intellectuelle.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire