Le Bouzin du numérique

27 avril 2011 par - économie numérique

Le Conseil national du numérique CNN pour les intimes est un nouveau Bouzin beaucoup moins drôle que son homonyme qui arpente en caleçon la scène de la Comédie française.

Un Bouzin qui ne réunit aucun créateur, deux femmes mais beaucoup des intermédiaires du net, récents riches de l’économie numérique, qu’il s’agisse de la nouvelle Madame Desachy spécialiste de la rencontre en ligne, ou d'un champion de l’Astrologie téléportée,

Il s'agit selon son promoteur Eric Besson de bénéficier des compétences d' acteurs de l’Internet qui bizarrement n’auraient  pas été associés aux projets législatifs et réglementaires les concernant.

A se demander à quoi pouvaient  servir la Fédération française des Télécoms l’Asic ou la Fevad pourtant familières des buvettes de l’Assemblée Nationale et du Sénat.

A se demander comment les signatures de tous les fournisseurs d’accès à Internet ont pu se retrouver au coté de celle des représentants de la création au bas des accords de l’Elysée qui ont acté le principe de la réponse graduée.

L’Hadopi a été d’ailleurs l’occasion d’un premier couac car certains des nouveaux promus prenant leurs désirs pour la réalité ont  cru voir arriver une Hadopi 3 et déceler dans les propos de Nicolas Sarkozy une repentance à l’égard de sa volonté de protéger la propriété intellectuelle.

L’Elysée a rapidement démenti ces interprétations fantaisistes par le communiqué suivant :

« Lors de son discours d'installation du Conseil national du numérique, le Président de la République Nicolas Sarkozy a rappelé que la défense du droit d'auteur constituait pour lui, aujourd'hui comme hier, un "impératif catégorique".

Si le Président de la République a par ailleurs souligné qu'il aurait été utile, au moment de l'élaboration des deux lois qui ont institué l'Hadopi, de pouvoir consulter un organe tel que le Conseil national du numérique afin de formaliser davantage le dialogue avec les acteurs de l'économie de l'Internet, il a clairement réaffirmé que les pouvoirs publics ne disposaient pas, à ce jour, d'un meilleur outil que l'Hadopi pour défendre le droit d'auteur sur Internet et par voie de conséquence la rémunération des créateurs et des industries culturelles.

Ni le bien-fondé de l'action de l'Hadopi, ni la nécessité d'une lutte déterminée contre le piratage, n'ont donc été mis en doute par le Président de la République qui n'a jamais fait état, contrairement aux termes employés par certains médias, d'une remise en cause de ce dispositif. Nicolas Sarkozy a souligné tout au contraire son souci de faire partager la préoccupation de la France en ce domaine par ses partenaires du G8 à l'occasion du prochain sommet de Deauville.

Au moment où l'action de l'Hadopi, six mois après le commencement de son activité, porte ses premiers fruits et où ce modèle novateur suscite dans le monde entier un intérêt croissant, le Président de la République tient à réaffirmer son plein et entier soutien à l'Hadopi et souhaite que l'action de cette autorité indépendante puisse poursuivre son déploiement sur une grande échelle, conformément à la loi votée par le Parlement. »

Les membres du CNN débarrassés des encombrants créateurs et donc du souci de s’occuper de la création artistique et de la propriété intellectuelle pourront comme  une actualité récente en montre l’absolue nécessité consacrer leurs travaux à la sécurisation des échanges sur Internet et surtout au respect par les entreprises petites et grandes de la protection des données personnelles et de la vie privée des internautes.

Commentaires (5)

 

  1. OMG dit :

    C’te foutage de gueule, et dans la composition de la commission copiée privée combien de représentant des consommateurs non vendu à votre cause ?

    Le siège pour l’UFC ou 60 millions de conso ou de vrai consommateurs c’est pour quand et un rééquilibrage de l’attribution des sièges et non pas la moitié rien que pour les parasites dans ton genre qui ceux font appeler « ayant droit » ?

    • Pascal Rogard dit :

      Restez poli, il n’y a pas d’organisations de consommateurs vendus à notre cause. Il y a des organisations de consommateurs qui sont présentes pour les défendre à la différence de l’UFC que choisir qui avait déserté la commission raison pour laquelle le gouvernement n’ a pas renouvelé un mandat bien mal utilisé.

  2. Julien5463 dit :

    Ce n’est pas le rôle du CNN que de garantir la protection des données personnelles et de la vie privée des internautes, l’organisme en charge de ces questions est la CNIL.

    Le CNN n’a qu’un rôle purement consultatif sur des projets ou propositions de texte touchant au secteur numérique et à son développement, concernant la promotion et la protection des oeuvres culturel, la HADOPI est entièrement dans son rôle avec la collaboration des FAI, difficile de faire mieux…

  3. Lucien Véran dit :

    En regardant la composition du « Bouzin » l’on peut reconstruire une certaine vision du numérique essentiellement assise sur les tuyaux, l’édition et les services.

    Outre que les deux bouts de la chaîne : créations (ayants droits) et usages(abonnés, citoyen, consommateurs…) ne sont pas présents il me semble aussi manquer la recherche universitaire d’un coté et les grands acteurs du matériel et du logiciel de l’autre.

    Mais il est vrai que ce ne sont pas les comités « Théodule » qui manquent et qu’il serait peut être temps plutôt de rationaliser un peu le paysage, entre l’Arcep, la Cnil, le CSA…autant d’approche du numérique, autant de Bouzin ?

    Bonne journée.

    Lucien Véran

Laisser un commentaire