Monnaie de singe

1 juillet 2014 par - économie numérique

monnaie de singeLa nomination de Jean Claude Juncker vieux routier des sommets pour noctambules devrait rassurer les marchés à défaut de susciter l’ enthousiasme de la jeunesse et donner à l’Europe le nouveau souffle dont elle a bien besoin.

Du côté de la politique culturelle, il est à craindre que les ayatollahs de la concurrence libre et non faussée poursuivent au nom du grand marché numérique leur actions  de destruction des mesures nationales qui ont pour objectif de préserver les capacités de création et d’empêcher la totale domination des multinationales du net .

Celles-ci évoluent dans l’aquarium désamianté du Berlaymont comme un poisson dans l’eau car les fonctionnaires européens sont fascinés par le technologique et le coté maitre du monde d’entreprises dont les moyens financiers sont mis au service de l’entregent et de l’influence.

Dans la foulée du très réussi Forum de Chaillot  le gouvernement serait avisé d'élaborer un programme de relance culturelle car seule la France dispose de  l’expérience, des capacités et de l’autorité pour proposer à ses partenaires une ambition pour faire vivre cette singularité de toutes les formes de création que le monde nous envie mais que le discours techno-technocratique dissout dans le barbare et horrible concept de contenu.

Faute de cette expression forte de nos ambitions nous serons réduits aux combats d’arrière-garde gagnés ou perdus et cantonnés dans des postures défensives qui apparaissent comme l’expression d’un conservatisme dépassé et d’un refus d’accepter que les technologies sont aussi des opportunités de faire mieux vivre les œuvres .

La situation est semblable pour le droit d’auteur qui malheureusement n’est pas le droit des auteurs et est trop souvent ressenti  comme un obstacle et non comme une liberté celle du créateur.

Au niveau du Parlement Européen , il faudra constater une forte réduction de l’influence française liée aux résultats des élections et à des choix des partis de gouvernement qui ont écarté des personnalités influentes  au bénéfice de responsables à caser ou recaser , l’exemple le plus piteux étant l’éviction de Catherine Trautmann au bénéfice d’ Edouard Martin ou celle de la très respectée Marielle Gallo .

Il faudra aussi que notre pays cesse de parler de culture et  chez lui en affaiblir les outils et les moyens car pour monter au cocotier mieux vaut avoir les fesses propres.

Laisser un commentaire