Feuilles de choux

2 juin 2006 par - Weblog

Ceux qui pensent, et j'en fais partie, que le métier de journaliste impose le respect de règles déontologiques, auront toujours l'occasion d'être effarés par le comportement de certains professionnels qui ont trouvé leur carte de presse dans les poubelles des restaurants dont celles de Roland Garros.
Invité par Patricia Langrand, à un déjeuner fort sympathique, en présence de Serge Siritzky, rédacteur en chef et propriétaire de l'hebdomadaire Ecran total, spécialisé dans le publi-reportage, quelle ne fut pas ma surprise d'apprendre que suite à des propos de table, la lettre confidentielle d'Ecran total malheureusement beaucoup moins glamour que LA confidential me classait dans les partisans de la licence globale.
Alors puisqu'il faut toujours démentir mêmes les affirmations les plus absurdes, je redis clairement que je suis contre tout système d'expropriation des droits d'auteurs aussi bien pour les oeuvres musicales que pour les oeuvres cinématographiques et audiovisuelles, qu'Internet doit permettre de développer des modèles économiques viables dans le respect du droit d'auteur et que les systèmes de forfaits illimités qui imposent une quasi gratuité sont à l'opposé des principes fondateurs de la propriété littéraire et artistique telle que nous la défendons en France depuis Beaumarchais fondateur de la SACD.
Et puis un conseil, si vous croisez un rédacteur de feuilles de choux, vérifiez que son sonotone est bien branché.

Pascal Rogard

Laisser un commentaire