Cherchez l’embrouille

27 juin 2008 par - Weblog

Suite à l' annonce d'un processus de nomination du PDG de France Télévisions différent du schéma proposé de façon consensuelle par la commission Copé, Nicolas Sarkozy a réussi à fédérer toutes les oppositions à sa réforme et à faire oublier les questions essentielles que pose l'arrêt de la publicité sur la télévision publique.

En examinant froidement l'état dégradé de notre paysage audiovisuel après le tsunami du mois de janvier, il faut constater que si la télévision commerciale est dans une période de stagnation de ses ressources,elle peut nourrir de grandes espérances alors que la télévision publique restera cantonnée à moyen terme dans une avaricieuse estimation de ses besoins qui aggravera l'écart de financement avec le secteur privé.

Quant à la taxation des activités des entreprises de télécommunication, nul ne peut nier qu'elle génèrera une ressource dynamique et à terme invisible par le contribuable, mais le prix à payer est la mise en jachère de la ressource naturelle du service public la redevance audiovisuelle.

Ceux qui nous gouvernent ont tout compris et ils appliquent sans état d'âme ce conseil du Baron Joseph-Dominique Louis ministre des finances de Louis Philippe:

"Sire il vaut mieux taxer les pauvres ,ils sont tellement plus nombreux."

Commentaires (1)

 

  1. Carlos Gomez dit :

    Bien vu, la citation du ministre de Louis Philippe. Savoureuse. Bonsoir monsieur Rogard Pascal, allez-vous bien ? Que vous inspire réellement la réforme en l’état ? J’écris un papier dimanche, vous y êtes bienvenu.
    Bonsoir!

Laisser un commentaire