Copié, collé

7 mai 2009 par - économie numérique

Les responsables du parti socialiste ont dans leur accès de jeunisme appris des internautes qu'ils veulent protéger des sanctions applicables au téléchargement illicite la détestable pratique du copié,collé pourtant récemment dénoncée par le corps enseignant.

C'est ainsi que l'on peut lire dans la réponse des députés socialistes aux cinéastes  publiée par Libération cette phrase:

" Sept ans où l'on a sabré les crédits de la création, étouffé l'éducation artistique, dépouillé l'audiovisuel public des ressources complémentaires de la publicité qui l'aidaient à soutenir la production cinématographique, imposé une taxe compensatoire aux fournisseurs d'accès qui aurait justement pu servir à la rémunération des auteurs. "

Aujourd'hui répondant dans le journal "Le Monde" à l'interpellation de quatre artistes de gauche, Martine Aubry s'exprime ainsi:

" Sept ans où l’on a sabré les crédits de la création, étouffé l’éducation artistique, dépouillé l’audiovisuel public des ressources complémentaires de la publicité qui l’aidaient à soutenir la production cinématographique, imposé une taxe compensatoire aux fournisseurs d’accès qui aurait pu servir à la rémunération des auteurs à l’ère numérique."

Rien d'étonnant toutefois dans ce collage pas tout à fait surréaliste, car l'originalité est le critère déterminant de l'oeuvre de l'esprit dont il s'agit précisément de ne plus assurer la protection.

Un laboratoire d'idées sans originalité voilà une idée neuve, jeune et moderne.

Commentaires (19)

 

  1. jean dit :

    j’espère que vous allez faire un billet sur les étranges liens qui unissent votre ministère de tutelle et TF1 ?

    Vous sentez vous à l’aise dans vos chaussures après ce triste épisode qui démontre une fois de plus que la « culture » est dirigée par des marchands de soupes.

  2. check_ca dit :

    Insinuez vous que Mme Aubry aurait volé (oui, je dis bien *volé*) une partie de l’oeuvre littéraire de Mr Bloche ? Dans ce cas, ne vous inquiétez pas, cela ne se reproduira plus dès lors qu’elle aura sécurisé son réseau grâce au logiciel de sécurisation testé et approuvé par l’HADOPI.

  3. Dalai-Lama dit :

    check_ca vous parlez d’openoffice le célèbre parefeu ?

  4. stun dit :

    « dont il s’agit précisément de ne plus assurer la protection. »

    En quelques moi de lecture attentive de vos messages j’ai pu voir que :

    – Vous ne censurez que peu vos billets (no comment vis à vis de TF1 : http://hadopu.blogspot.com/2009/05/quand-tf1-fait-de-lexces-de-zele.html)

    C’est un bon point…

    – Vous avez presque admis à contrecoeur que le but de la loi HADOPI est d’espionner les honnètes citoyens.

    – Vous refusez quels que soient nos arguments sur le fait que pour vous et pour le domaine de la creation vous ne tirerez AUCUNS bénéfices…

    Que va t’il ce passer? Comme les DRM, vous pleurerez qu’on vous a mal conseillé (il n’y a de pire sourd que celui qui ne veux entendre)…
    Non mais vous croyez réellement que les internaute a qui vous venez de donner un uppercut vous sourir et tendre l’autre joue? Nous sommes pas maso, nous irons voir ailleurs…

    Seulement Monsieur Sarkosy en plus de vous avoir aidé a mourrir, aura la joie immense de filtrer et d’analyser les actions et convictions de chaque internaute. Double coups, plus aucuns artistes instables… plus aucuns dicidents.

    Merci BEAUCOUP Mr Rogard.

  5. Pascal Rogard dit :

    Les seuls commentaires que je ne diffusent pas sont effectivement ceux qui contiennent des injures grossières dont la publication déconsidérerait leurs auteurs et surtout la cause qu’ils prétendent défendre.
    Je n’admet absolument pas que la loi puisse être présentée comme un outil d’espionnage et les amateurs du genre feraient bien mieux de relire l’oeuvre de John Le Carré que de succomber aux charmes de l’Hadopi.
    L’objectif de la loi est de faire respecter les dispositions adoptées à l’échelon international, européen et français pour protéger la création et permettre ainsi son renouvellement.
    Si la loi permettait enfin que les oeuvres de l’esprit soient accessibles grace à des offres légales et non de façon souvent dégradée par une utilisation dévoyée des nouvelles technologies les auteurs et artistes seraient rémunérés normalement du fruit de leur travail .
    Faire dépendre leur rémunération du nouvel impôt sur Internet proposé par les députés socialistes ne me parait pas une solution raisonnable.

  6. ZaraA dit :

    Bonjour Pascal,
    Vous faites une erreur monumentale. Le droit d’auteur ne peut survivre dans un environnement de partage dématérialisé. Aucune mesure technique ne pourra l’empêcher; ce serait comme vouloir assécher la mer. Bref, vous ne ferez pas l’économie d’une refonte des principes de la propriété intellectuelle et artistique.
    Hadopi paraîtra ridicule dans quelques années. Ce n’est pas une victoire pour les artistes, mais une perte de temps. Je vous préfère lorsque vous devisez sur l’extension de la rémunération pour copie privée. C’est un concept intéressant, une sorte de concorde entre la droite « petit propriétaire » et la gauche « collectiviste ».
    A bientôt.

  7. Pascal Rogard dit :

    En tant que dirigeant de la SACD, je n’ai aucun problème à me classer à priori dans le camp des collectivistes et j’ai pu en défendant les auteurs mesurer les limites de la gestion individuelle des droits.
    Internet imposera peut-être d’autres modèles de protection de la propriété littéraire et artistique et je n’ai aucune difficulté à participer à des reflexions contradictoires sur le sujet;
    Je dis simplement qu’en l’état actuel du droit et des engagements internationaux de notre pays, il n’y a pas d’autre solution que de défendre le respect du droit d’autoriser et d’interdire la communication au public des oeuvres .
    La rémunération copie privée est un système intelligent,conforme au droit européen mais dont le périmètre comme son nom l’idique est limité à des usages dans la sphère privée;
    Il est en tout autrement de la diffusion illicite sur Internet qui met en jeu le droit de communication au public et donc le socle sur lequel repose le financement du cinéma et de la création audiovisuelle sans oublier le droit moral c’est à dire celui au respect de l’oeuvre qui est bafoué continuellement.
    Et puis je trouve extrèmement choquant de voir des artistes et des politiques parader pour défendre une solution collective au coté d’une organisation comme « Que choisir » qui n’ a pas voté une seule fois la rémunération copie privée et qui au contraire se bat dans les prétoires pour la faire disparaitre.

  8. « Internet imposera peut-être d’autres modèles de protection de la propriété littéraire et artistique et je n’ai aucune difficulté à participer à des reflexions contradictoires sur le sujet »

    Chiche ? On fait une interview la dessus ?

  9. ZaraA dit :

    Inventons un nouveau concept alors : la copie collective. Saupoudré d’une réforme des principes du droit de la propriété artistique. Vous seriez intéressés à siéger dans une commission chargée d’en définir les barèmes ? Non ?

  10. Guillaume dit :

    Que choisir a raison de dénoncer la « rémunération pour copie privée » puisqu’elle existe de moins en moins.
    Je vous rappelle qu’il est interdit par la DADVSI de casser un MTP (moyen technique de protection) même si c’est pour en effectuer une copie privée. Cela interdit donc toute copie privée de DVD, de Blu-ray et une bonne partie des CD musicaux ainsi évidemment que tous les fichiers musicaux légaux avec DRM.

    Je suis déçu de ne pas voir de réponse à mon message d’hier dans votre billet précédent.

    Quoiqu’il en soit, il faudrait permettre aux artistes de choisir comment ils veulent être écouter. Je suppose que vous avez vu l’émission « Le Grand Journal » avec Arthur H et Benoit Hamon du 5 Mai. Si ce n’est pas le cas, regardez la sur leur site Internet. Vous y verrez une « boite à questions » des plus intéressantes avec les réponses de nombreux artistes sur leurs préférences quant au partage musical. Cela illustre bien que tous les artistes ne sont pas à mettre dans le même panier et qu’il y a un consensus à trouver plutôt que se battre pour ou contre une loi passée en urgence sous prétexte que la vente de disques baisse … alors qu’elle baisse depuis moins 2002 (chiffres les plus anciens que j’ai trouvés)… alors que les revenus Sacem augmente mais c’est un autre débat

  11. mmu_man dit :

    (celui-ci du coup je ne sais pas s’il est passé…tout s’est bloqué…)

    @ Pascal Rogard :
    En quoi mon commentaire posté hier et non diffusé serait-il insultant ?
    Parce qu’il contient un Copé-Collé ?
    Au moins en cas de censure serait-il intéressant d’en connaître les motifs. Un petit mail, ça ne coûte rien… (c’est pas 10000 😉 Ou alors s’est il juste trompé d’adresse IP sur le chemin ?

    Je maintiens ce que j’ai dis dans mon commentaire non diffusé.
    Je n’admet_s_ absolument pas que l’on puisse mettre en cause des commentaires sans se renseigner.

    De plus, en tant qu’ingénieur informaticien, je suis très bien placé pour pouvoir affirmer que cette usine à gaz ne fonctionnera pas.
    Ce « logiciel législatif » est plus buggué que Windows. 😉

    Logiciel espion ? en effet ! Un pare-feu protège l’utilisateur de l’extérieur, pas l’inverse.

    Enfin, en tant qu’_auteur_ de logiciels, libres entre autres, cette loi viole mes propres droits, ma liberté d’expression ainsi que le droit « inaliénable et imprescriptible » au respect de l’oeuvre, en voulant imposer cette mutilation qu’est un logiciel espion sur un OS qui est potentiellement celui auquel je contribue.
    Protection du droit d’auteur ? hmmm…

  12. Pascal Rogard dit :

    Pour l’interview pas de problème et rendez vous après le festival de Cannes.
    Sur la copie privée la musique a supprimé les DRM et les études et sondages dont nous disposons montrent qu’il n’y a pas de baisse des pratiques de copie.
    Le système de rémunération équitable pour la diffusion de la musique à la radio et à la télévision est économiquement viable mais celà n’a rien à voir avec l’économie du cinéma et de l’audiovisuel qui est régie par la cession de droits exclusifs.
    Je regarderai votre émission même si coté télévision,je suis plustôt amateur de films.
    Un ingénieur informaticien qui fait du droit, chapeau bas;

  13. vains dieux dit :

    Cher Monsieur Rogard,

    Petit propos liminaire: je voudrais vous remercier et vous féliciter de jouer vraiment le jeu du dialogue sur votre site.

    Sur la petite perfidie sur les ingénieurs informaticiens qui font du droit: Je sais que cela va vous étonner, mais vous avez, dans la foule des opposants à la loi Internet & Création, quelques juristes… De plus, des informaticiens qui s’intéressent au droit, cela existe (on me souffle dans l’oreillette qu’il y en a même qui s’intéressent à la littérature, ou à la musique, voire… au cinéma!) ; Et parmi ceux qui s’y intéressent, certains développent une compétence, plus ou moins grande; Je sais pour ma part des juristes qui s’intéressent à l’informatique, il me semble cependant qu’au ministère de la culture, leur nom n’est pas Légion… (A moins qu’ils n’aient peur de perdre leur emploi?)

    Si je puis me permettre un dernier mot: essayez, pendant quelques temps, de faire sur ces questions un peu moins de droit et un peu plus d’économie, de sociologie, voire, horresco referens, d’informatique: cela vous aidera à comprendre pourquoi cette loi ne résoudra pas le problème; Au besoin, faites vous aider: il y a des gens dans le camp d’en face qui vous veulent moins de mal que vous semblez le penser; Ensuite, jugez l’arbre à ses fruits, et pas aux intentions affichées, avec plus ou moins de sincérité, par ceux qui l’ont planté: DADVSI devait protéger les DRM, elle a cristallisé les oppositions à ces systèmes; HADOPI doit faire la pédagogie du respect de la propriété intellectuelle, elle a pour l’instant surtout contribué à faire la pédagogie des moyens d’anonimisation et de cryptage. L’Enfer est pavé de bonnes intentions… Et il n’y a que chez les shadocks que plus ça rate, plus ça a une chance de réussir 🙂

    Quant au droit d’auteur, je sais que Locke en fait un droit naturel, donc intangible et éternel, mais d’autres bons auteurs pensent que c’est surtout une construction sociale; Si le résultat de ces guerres picrocholines entre les artistes et leur public devait être une rupture du consensus qui le fonde, ce n’est pas une pile de code Dalloz et des lois mal fichues qui le sauveront.

    Ceci dit, bon festival de Cannes. j’attends avec impatience votre interview par l’ami Epelboin!

  14. Pascal rogard dit :

    Je suis toujours pret a reflechir avec des interlocuteurs constructifs et vous en faites partie meme si je continue de penser que le systeme permettant de concilier les nouveaux usages numeriques et le financement de la creation reste a inventer.

  15. @Pascal

    bien noté pour l’après Cannes – nous organisons une table ronde sur les libertés numérique, je vous envoi une invitation dès que c’est au point 😉

    Sinon, je ne suis pas ingénieur informaticien (pas plus que juriste, mais j’amènerais mon avocat ;-)))

    Dernière chose : les DRM n’ont jamais empéché quiconque de copier, leur suppression, du coup, ne devrait pas avoir le moindre effet, cela me semble assez logique…

    A très bientôt, donc 🙂

  16. mmu_man dit :

    @ vains dieux :
    jeu du dialogue, oui enfin, avec un dé alors, 1/2 de mes messages n’arrivent pas, c’est vraiment un jeu de hasard ;-D

    Heureusement que les informaticiens s’informent sur leurs droits, il faut bien qu’ils se défendent contre les brevets logiciels et autres contrefacteurs (de nombreuses sociétés utilisent des logiciels libres sans respecter les licences ni même mentionner les auteurs, cf. http://www.ffmpeg.org/shame.html et http://gpl-violations.org/ ), et nous n’avons pas le budget de Vivendi pour faire passer nos amendements :^)

  17. Stun dit :

    « Je n’admet absolument pas que la loi puisse être présentée comme un outil d’espionnage et les amateurs du genre feraient bien mieux de relire l’oeuvre de John Le Carré que de succomber aux charmes de l’Hadopi.
    L’objectif de la loi est de faire respecter les dispositions adoptées à l’échelon international, européen et français pour protéger la création et permettre ainsi son renouvellement. »

    Ah?

    Cf un billet précédent : « Je ne suis pas naïf et je sais que le seul moyen de protéger sa vie privée et d’échapper aux logiciels espions de toute nature est de ne plus fréquenter Internet. »

    Donc vous pensez que de toute manière, vu qu’il est simple de ce faire voler son intimité et sa vie privée sur internet, le gouvernement à tout à fait le droit de le faire? Vous pourriez confirmer mes dires ou nous donner une vrai explication?
    (Merci d’éviter les « Sciences Fictions » etc, nous ne sommes pas aveugles mais simplement réalistes, si vous souhaitez une explication concise et détaillée, je suis tout à fait prêt à vous l’offrir, mais ça risque d’être long!)

    « “Que choisir” qui n’ a pas voté une seule fois la rémunération copie privée et qui au contraire se bat dans les prétoires pour la faire disparaitre. »
    Une « Taxe » pour quelque chose d’illégal… Si au moins vous aviez rendu cette copie légale en même temps… (Bah non, copier mon propre DVD que j’ai acheté, sur mon Linux est illégal (craquage de « protections »…))

    « je continue de penser que le systeme permettant de concilier les nouveaux usages numeriques et le financement de la creation reste a inventer. »

    Bien sur, et alors? vous attendez quoi? Concrètement, VOUS vendez du cinéma. Passons sur le fait que vous avez totalement « snobé » internet ces dernière années et donc laissé libre voie aux téléchargement décrit comme « illégal » (oui, acheter un DVD ou télécharger une œuvre cinématographique légalement, en france, signifie ne pas pouvoir la voir. (DRM, protections toussa)
    Et je ne parle pas du Blueray et ses belles technologies de cryptage HDMI (inutiles à en croire les réseaux de P2P 😉 ))

    C’est VOTRE métier de venir nous demander comment nous accepterions d’acheter la musique/vidéo. (en langage marketing on doit dire « étude de marché » non?) Je n’ai eu aucun échos d’internautes consultés sur de nouveaux models economiques. Vous écrasez l’UFC que choisir au lieu de prendre leur idées, pas forcément mauvaises… Vous dédaignez la quadrature qui « désinforme », contrairement a TF1 qui montre des assemblées pleine, omet de présenter entièrement les lois, vire ses employés pour leurs idées personnelles… On ne mord pas la main qui vous nourrie m’a t’on toujours dit…

    (Désolé pour autant de questions et remarques, mais personne de la haute société des ayants droits ne daigne nous répondre, ormis vous quelques fois)

  18. Stun dit :

    @ Fabrice Epelboin

    Si vous désirez vraiment organiser une table ronde, n’hésitez pas à contacter les organisations/association suivantes pour représenter différents points de vues :

    – L’UFC Que Choisir (Désolé Mr Rogard mais c’est indispensable)
    – La Quadrature du Net
    – La Sacem

    Voila pour les plus connus… Je recommande aussi d’aller voir du coté des fournisseurs et prestataires (militants) de service liés a internet :
    FDN (Le plus vieux FAI français)
    Globenet

    Mais aussi pourquoi pas des militants pour la culture libre, à rencontrer sur Dogmazic par exemple…

    Si d’autres ont des idées n’hésitez pas à proposer, quels que soit leurs opinions.

    Ce que je ne comprend pas c’est que malgré ses dires, ce ne soit pas Mr Rogard qui eu pris cette initiative de table ronde.

Laisser un commentaire