Une étrange créature

6 décembre 2009 par - économie numérique

Public2Désolé, je ne vous emmènerai pas aujourd'hui dans un club de Seattle pour découvrir un nouveau groupe de musique rock .

Je me contenterai d'évoquer le dernier avatar de l'exploitation cinématographique saisie par la débauche du cinéma en 3D.

Le cinéma en relief n' a rien de nouveau et en 1954 Jack Arnold utilisait déjà cette technique pour sa saisissante réalisation de « L'étrange créature du lac noir ».

Mais l'arrivée certaine du cinéma numérique peut favoriser ce type de cinéma  qui offre  à l'exploitation en salles de nouvelles possibilités de distinguer son offre  de celle de plus en plus abondante des films à domicile.

Il y aura bien sûr pour les  films en relief de bonnes productions et des cageots de navets, mais le hic n'est pas là.

Il réside dans le fait que le cinéma en relief nécessite l'utilisation d'un écran métallisé qui après avoir été testé par la commission supérieure technique du cinéma conduirait à une baisse importante de luminosité lors de la projection des films au format traditionnel.

Selon la CST : Ces essais ont mis en valeur le fait que la projection de films 2D sur un écran métallisé provoquait un « point chaud » au centre de l’image incompatible avec une juste restitution de l’image. Par ailleurs, tous les essais effectués par la CST montrent que ces écrans provoquent une perte de luminance de 50% à 75% sur les bords par rapport au centre de l’image, ce qui dégrade la qualité. Soulignons que l’idéal est un étal de lumière identique sur toute la surface de l’écran et que la norme accepte une déperdition maximum de 25% de la lumière entre le point le plus « éclairé » et le point le moins « éclairé » de l’écran.

Certains professionnels ayant fait remarqué qu'un réglage différent des projecteurs aurait pu conduire à modifier cette appréciation négative, la CST procédera à de nouveaux essais le 11 décembre prochain à 11H à l'espace Cardin (Paris 8ème).

Au cas où  ces essais confirmeraient la perte de luminosité ,il ne restera plus aux exploitants qu'à doubler l'écran métallisé par un écran traditionnel, sauf à considérer que le respect du au public et au droit moral des auteurs n' a pas sa place dans les baraques foraines.

Commentaires (2)

 

  1. Benjamin dit :

    Précision, pour faire du relief, il n’est pas obligatoire d’avoir l’écran métallisé. Seulement dans le cas, de lunette passive;

    L’autre technologie, employée aussi par les exploitants, sont les lunettes actives et ne nécessite pas d’écran métallisé.

    Infos supplémentaires chez notre cher Manice: http://www.manice.org/rubrique_glos.php?id_rubrique=59

Laisser un commentaire