La fin d’une époque

19 décembre 2009 par - audiovisuel

003

Bertrand Méheut et Rodolphe Belmer les deux dirigeants de Canal plus ont parfaitement réussi à donner corps à leur stratégie de renégociation des accords avec la profession cinématographique dont l'axe était  de recentrer les obligations de la chaîne en direction de la production d'oeuvres d'expression originale française et de sensiblement diminuer le montant global de leur contribution au cinéma français.

Ils ont été servis dans leur entreprise de division du front Production-distribution-exploitation par la violente et déphasée campagne de la FNCF visant à faire baisser les taux de location et donc à moins rémunérer les films  rompant ainsi au pire moment  la nécessaire solidarité entre les salles et ceux qui  créent les films.

L'ensemble des syndicats de producteurs, de distributeurs indépendants et les représentants des réalisateurs ont  entériné un accord qui donne à Canal plus sous couvert d'une fondation la possibilité de redistribuer l'aide complémentaire aux salles et à la distribution à ceux qui en ont réellement besoin, mettant fin à une politique qui avait  au bénéfice des plus forts vidé de son sens et de sa pertinence la généreuse idée d'André Rousselet  de soutien aux maillons les plus faibles du cinéma français la petite et la moyenne exploitation et la distribution indépendante.

En ce qui concerne la production, celle ci a réussi à sécuriser le volume de la prime au succès. Elle a du toutefois accepter en contrepartie une intégration des droits de la télévision de rattrapage ainsi qu'une diminution du couloir réservé aux films européens.

Justice est faite, mais cette négociation ne sera pas sans laisser de profondes traces risquant de créer au sein de  la profession cinématographique  un climat d'instabilité et de guérilla interne qu'elle n'avait pas connu depuis longtemps.

Continuez votre lecture avec



Articles similaires


Commentaires (4)

 

  1. lucien veran dit :

    Une question.

    A-t-on des éléments sur les modalités de gouvernance et sur les modalités d’action de la fondation en question ?

    merci.

    Bonne soirée.

    Lucien Véran.

Laisser un commentaire