Un couple moderne

26 octobre 2008 par - Weblog

En clôturant la journée des auteurs organisée par la SACD et la SCAM, Christine Albanel s'est exprimée ainsi sur sa politique en faveur des auteurs:

"A côté de cette entreprise de re-fondation de l’économie de la création, je me suis attachée, depuis mon arrivée rue de Valois, à réévaluer et à améliorer les conditions du soutien de l’Etat au travail des auteurs, à revaloriser leur travail dans l’économie de la production. Ainsi, depuis deux ans, les aides à l’écriture, au développement et à l’innovation ont augmenté de près de 40%.

C’est une réponse au rapport du club des 13, qui avait mis l'accent de manière assez convaincante sur les difficultés du travail d’écriture et de son financement, dans le domaine du cinéma. Pour la télévision, les attentes sont autres mais elles existent aussi. J’ai été attentive également à la demande de création d’un « compte automatique auteurs », qu’il faudra expertiser. Je sens bien qu’un besoin s’exprime dans ce domaine , il faut trouver la mesure la plus adaptée pour y répondre.

Je n’ai pas de religion sur la meilleure formule à adopter en ce domaine mais je suis convaincue de l’utilité de ces aides et je souhaite qu’on mène un premier bilan des effets de l’augmentation de leurs budget ces derniers mois. S’il faut les modifier, les perfectionner, pour mieux les adapter à leurs objectif, j’y suis tout à fait favorable."

Je souhaite d’ailleurs organiser dès le début 2009 une journée de réflexion autour du travail des scénaristes et de leur statut, qui devrait nous permettre d’y voir plus clair sur cette étape essentielle de la création audiovisuelle et cinématographique. Il faudra en tirer des conclusions concrètes. Vous savez que sur chacun des dossiers où nous sommes parvenus à des conclusions communes je me suis toujours attachée à les traduire rapidement en actes.

Il n'en fallait pas plus pour déclencher une nouvelle irritation des organisations corporatistes de producteurs cinématographiques toujours promptes à réclamer le soutien des créateurs pour obtenir plus d'aides publiques ou lutter contre la piraterie , mais faisant preuve d'un égoïsme primaire dès qu'il s'agit de concevoir une politique ambitieuse en faveur de l'écriture.

Objet de cette nouvelle querelle pichrocoline, la question du soutien automatique auteur, les producteurs voyant d'un très mauvais oeil une part même infime de l'aide publique échapper à leur emprise.

Il est vrai que ce réflexe d'Harpagon rodant autour de sa cassette est aisément compréhensible car si la production reçoit beaucoup d'aide du compte de soutien , elle contribue très faiblement à son financement , loin derrière en tout cas les chaînes de télévision et les exploitants de salles et nul n'ignore que l'enrichissement au dépens d'autrui ne rend pas forcément partageux.

Principal argument pour mettre en cause une idée neuve qui libérerait les écritures "la création d’un « compte de soutien auteurs " fragiliserait dangereusement le couple Auteur/Producteur qui constitue le moteur essentiel de la création cinématographique."

Bienvenue donc dans le générique des "Visiteurs", en pleine conception moyennageuse du couple quand les cordons de la bourse étaient inaccessibles à la jeune épousée.

Bien que contribuant au financement du compte de soutien ,les auteurs devraient selon cette doctrine matrimoniale être écartés de toute aide même limitée et bien entendu plafonnée.

Il est donc temps que le Cosip entre dans l'ère de la modernité et nul n'est mieux placé que Christine Albanel pour mettre fin à cette sorte de loi salique qui infantilise les créateurs.

Commentaires (3)

 

  1. Jean-andré Yerlès dit :

    Bonjour,
    Si je comprends bien votre papier, la journée qu’Albanel souhaite mettre en place début 2009 a vocation a entériner (ou non) la création d’un compte de soutien auteurs cinéma / télé, après un état des lieux de la profession de scénariste, et donc de nos rapports avec les producteurs et diffuseurs.
    Pourriez-vous m’indiquer si la SACD a l’intention de consulter les auteurs concernés pour établir cet état des lieux de notre métier ?
    Sans aller jusqu’à un livre blanc des pratiques professionnelles entre auteurs et producteurs, il est grand temps de mettre à plat le système me semble-t-il.

    Merci.

  2. Pascal Rogard dit :

    Vous avez raison, c’est une très bonne idée et donc nous allons la concrétiser .

  3. Jean-andré Yerlès dit :

    Excellente nouvelle.

Laisser un commentaire