Les illusions perdues

9 novembre 2008 par - Weblog

L'heure est aux illusions perdues car le Conseil supérieur de l’audiovisuel a décidé de conventionner les nouvelles chaînes cinéma d’Orange en dépit des pressions des professionnels du cinéma pour retarder cette échéance.

Il est vrai que ces professionnels de la profession tablant peut-être sur la naïveté d’un interlocuteur encore novice avaient poussé le bouchon un peu loin en demandant une indexation des obligations d’investissement sur la totalité du chiffre d’affaires des offres triple play et de téléphonie mobile de l’opérateur.

Se souvenant du précédent crée par l’apparition de TPS qui prétendait concurrencer Canal plus sur les terrains du football et des écrans du cinéma, le CSA a intelligemment utilisé l’outil du minimum garanti devant être investi par abonné dans la création cinématographique en prévoyant une montée en puissance laissant à Orange les capacités de déployer son offre et un alignement à partir de 3000000 d' abonnés sur l’ engagement de son concurrent.

Une façon habile d’éviter que d’éventuels transferts de clientèle ne pénalisent la création cinématographique française.

L’option choisie par le CSA est également complétée par une clause de diversité favorable aux films les plus fragiles.

En bref créateurs et producteurs s'en sortent bien

Les grands perdants de l’affaire sont les exploitants et les distributeurs qui n’ont pas réussi à soumettre Orange comme Canal plus et TPS au tribut qui serait du selon une antique doctrine à ceux qui les premiers exposent les films.

Situation inédite que l’ancêtre de la télévision à péage observe attentivement, car il n’ a pas l’intention d’être le guignol de l’histoire

Quant aux grenouilles qui veulent se faire plus grosses que le bœuf , leur triste sort relève du fabuliste .

Laisser un commentaire