le Schpountz

29 septembre 2011 par - Weblog

Notre célèbre PAF connait des mouvements sismiques d'une ampleur sans précédent.

Le point de départ est la décision du groupe Canal Plus d'investir le marché de la télévision gratuite et de développer ses activités  en additionnant aux ressources du péage celles de la publicité étendant à l'ensemble du système audiovisuel le modèle qui lui a si bien réussi sur son antenne qui dispose d'une attractive fenêtre en clair.

Le projet d'utiliser à cet effet le canal compensatoire étant contrecarré par une interprétation Bruxelloise pour le moins excessive des règles d'appel d'offres , Bertrand Méheut a habilement contourné la difficulté en décidant avec l'accord de son actionnaire Vivendi d'acquérir les deux chaînes du groupe Bolloré Direct 8 et Direct star ex Virgin 17 récemment racheté au groupe Lagardère.

De son coté TF1 a renforcé ses positions obtenant l'aval des autorités compétentes CSA et Autorité de la concurrence au rachat de TMC et NT1. En outre TF1 brigue une fréquence supplémentaire pour redonner à LCI la plus ancienne des chaînes d'information le lustre qu'elle a perdu en raison de son statut de chaîne thématique.

Quant au groupe M6,il attend son heure et espère bien profiter de la redistribution des cartes pour mettre dans la cour des grands un beau bébé qui a fêté brillamment ses 25 ans Paris Première.

Les pouvoirs publics auront du mal  à jouer leur rôle d’arbitre traditionnel sur des sujets aussi sensibles en raison de la proximité de l’élection présidentielle.

Ce sont les instances de régulation française et européennes qui pour le moment donnent le tempo.

Du coté de Bruxelles qui privilégie une approche libérale et ignore que les canaux compensatoires doivent faire l’objet d’un mieux disant culturel ,on continue de plaider à contresens pour une ouverture plus grande du marché.

On fait de même à Paris où l’Autorité de la concurrence annule la fusion canal Satellite/TPS et sanctionne le groupe canal plus d’une amende de 30millions d’euros pour non respect de ses engagements.

Cette logique libérale ignore que la télévision n’est pas une marchandise comme les autres et qu’il est capital à l’heure du développement de la télévision connectée de disposer de groupes puissamment armés pour investir dans la création nationale et ainsi mieux résister à la concurrence dévastatrice des nouveaux panamas de l’audiovisuel.

En attendant Hollywood et les nababs de l’internet peuvent se frotter les mains et rire sous cape devant tant de naïvetés.

Commentaires (3)

 

  1. Lucien Véran dit :

    Pub et premium.

    Il y a (au moins) me semble-il deux questions à poser pour peu que ces mouvements puissent être rationnellement expliqués.

    1/ Canal+ peut-il sur canal 20, ou DirectY ou Z, conserver son modèle « premium » ? Un mix d’exclusivité précoce, de style, de public CSP+…C’est ce qui était dit à Cannes lors de l’échange Canal+ versus SACD. En moins crypté il y a l’idée que la régie publicitaire de Canal+ aurait les moyens de faire glisser et d’élargir les budgets de ses beautiful annonceurs sur des supports gratuits. Mais existe-il quelque part du premium gratuit ?

    2/ L’essentiel du débat est-il du coté de l’amortissement des droits (avec la question de leur éventuelle monopolisation)sur des canaux divers et de la maîtrise de la chronologie privée payant/gratuit des fictions ou du coté de la force de frappe des régies publicitaires qui, disposant de solutions plus variées pour les beautiful et les moins beautiful annonceurs peuvent faire preuve d’une plus grande capacité d’innovation dans le management de leur recettes ?

    Bon weekend.

    Lucien Véran.
    Université Paul Cézanne – Euromed Marseille.

  2. Axel B. dit :

    Rappelons que les chaînes de la TNT avaient été attribués à de nouveaux opérateurs qui ne pouvaient en aucun cas servir de taupes à des groupes dominants et qu’il leur était défendu de pouvoir revendre leur licence… quel cynisme!
    Au fait, Pascal, toi qui connais bien tous ces dossiers… à quoi sert le CSA? Est ce que c’est bien payé? Pourrais-je en faire partie?

  3. Axel B. dit :

    … attribuées… oups!

Laisser un commentaire