Ainsi soient-ils

15 septembre 2013 par - Weblog

 

 

DR

Comme chaque année, c'est à La Rochelle dans le cadre du festival de la fiction TV que se retrouvent pour la rentrée auteurs, producteurs, diffuseurs .

Une ville magnifique , un lieu central " La Coursive  "  scène nationale et une organisation à l'image du  président Quentin Raspail souriante et efficace.

La fiction française reprend des couleurs à l'international et dans le palmarès des audiences mais il existe toujours un mal être lié à un dialogue difficile entre la création et la diffusion parfaitement exprimé par le producteur Jean Pierre Guérin.

Le débat de cette année était intitulé " désir de fiction " .

Les représentants de TF1 Elisabeth Durand (doublure de Nonce Paolini excusé à la dernière minute ) et l'excellent Thomas Valentin de M6 peinèrent à faire oublier la lettre révélée la veille par les Echos que leurs patrons respectifs avaient conjointement adressé en Juillet au Premier Ministre pour obtenir une baisse de 5,5% à 3% de leur contribution au financement du CNC et donc de la création française.

Enthousiasmés par la lecture des rapports de l'inspection des finances ,du conseil des prélèvements obligatoires , et du spécialiste des volets roulants, portés par l'intérêt prioritaire de leurs actionnaires les PDG de TF1 et M6 crurent leur minute de bonheur arrivé et firent ce rêve d'un compte de soutien réduit au cœur de l'été à la portion congrue.

Ce fut à La Rochelle qu' Aurélie Filippetti brillante comme jamais repoussa les avaricieux en affirmant clairement que le gouvernement n'entendait pas rogner les recettes du CNC, mais seulement ponctionner tel un médecin médiéval ses excès d'humeur pour lui rendre vigueur et santé .

Elle décréta aussi au contraire du CSA que la " scripted reality " n'avait aucun rapport avec les œuvres patrimoniales auxquelles les chaînes doivent obligatoirement consacrer un pourcentage de leur chiffre d'affaires.

Soucieuse  d'affirmer sa confiance aux  auteurs , elle affirma sa volonté  de faire renforcer par le CNC les dispositifs de soutien à l'écriture qui pourraient permettre une expression plus libre et donc des œuvres plus fortes .

De belles œuvres , des débats , des soirées conviviales , il n'en fallut pas plus pour que certains croient déjà venu le temps des rencontres cinématographiques de  Dijon organisées par l'ARP  et s'égarent dans la campagne charentaise là où les chais du renommé Cognac Normandin -Mercier incitent à humer les arômes les plus subtils et à oublier le temps qui passe.

 

Laisser un commentaire