Disparitions

12 janvier 2010 par - audiovisuel

Un grand merci à Bertrand Tavernier pour avoir rappelé dans le blog du Conseil d'administration de la SACD que Philippe Seguin n'était pas seulement un amateur de football, mais aussi un cinéphile averti qui avait su dans lorsque ses fonctions le permettaient donner un coup de pouce aux cinéastes.

Je garde personnellement,  n'ayant jamais subi les foudres de ses colères légendaires, le souvenir d'un homme aimable, profond, secret , au charme incontestable qui adorait voir des films et après en parler, ce qui l'avait conduit dans le cadre de ses fonctions à la Cour des comptes à occuper  le siège dévolu à cette institution au sein du conseil d'administration du festival du film de  Cannes qui je l'espère lui rendra hommage lors de son édition 2010.

Autre disparition, celle d' Eric Rohmer qui avait su construire au fil de sa vie cinématographique une oeuvre singulière au point qu'un réseau de fanatiques attendait ses films avec impatience.

Une oeuvre que j'ai découverte à 18 ans   sous les traits d' Haydée Politoff la collectionneuse. La collectionneuse est un film lumineux , sensuel et complexe qui m' a définitivement enchaîné à Eric Rohmer.

Eric Rohmer faisait aussi partie comme le souhaitait Claude Berri de ces cinéastes qui en devenant producteurs et en ajustant parfaitement l'économie de leurs  films au public potentiel s'étaient offert les moyens de donner les cartes et donc de créer  en inscrivant  leur art dans la durée.

Laisser un commentaire