La bonne année

14 janvier 2018 par - Weblog

©Les films 13

L'année a mal commencé pour Claude Lelouch qui s'est fait voler documents et scénario de son prochain film.

Cà n'est utile qu'à lui, donc Messieurs et peut-être Mesdames qui avez emprunté ses papiers, merci de les rendre au plus actif de nos cinéastes.

L'année a aussi mal commencé pour notre service public de l'audiovisuel critiqué de tous cotés, réformé (en paroles et en écrits ) à gogo même si les propos critiques se bornent à des évidences éculées et ne comportent guère de propositions constructives.

Pourquoi un service public de l'audiovisuel, c'est la question que beaucoup se posent et pas simplement dans le monde des auteurs, des créateurs et de tous ceux qui ont un intérêt économique à son existence.

C'est d'ailleurs la seule question qui vaille avec celle seconde du financement.

Les questions de gouvernance qui agitent le Landerneau audiovisuel et quelques politiques n'ont que peu d'intérêt car au final c'est toujours celui qui fait payer, qui nous fait payer  à savoir l'Etat qui a le dernier mot.

La SACD participera à la réflexion sur ce qui justifie l'existence du service public de l'audiovisuel en essayant d'éviter deux écueils celui du corporatisme et celui du consensus mollasson autour des valeurs de la création.

A cet égard et sans aucune flagornerie je crois que toutes celles et ceux qui ont récemment partagé un moment de discussion avec notre ministre de la culture Françoise Nyssen ont apprécié sa qualité d'écoute et sa capacité d'être en phase avec l'impératif créatif.

C'est un atout majeur pour penser une réforme dont nul ne conteste la nécessité une réforme dont il faut avouer qu'elle concerne plus la télévision que la radio car radiofrance et ses différentes antennes incarnent bien un esprit de service public, une réelle et profonde différence avec ce qui est proposé par les opérateurs privés.

La télévision publique elle même sait aussi se distinguer mais pour son malheur  ses antennes  phare France 2 et France 3 n'ont pas clarifié leurs missions .

D'où la multiplication des critiques alimentées en sous mains par les chaînes privées elles-mêmes en perte d'audience.

Et pendant ce temps les grands opérateurs américains voient leur services gagner du terrain et respirer le grand air des louanges flatteuses grâce  à une forte réactivité, un sens de la créativité qui épate les imaginatifs et une volonté de respecter le droit d'auteur qui devrait inspirer ceux qui voudraient le compresser comme une sculpture de César.

2018 sera l'année de tous les dangers, mais peut être aussi de tous les espoirs ou des illusions perdues
Bonne année à toutes et à tous.

Laisser un commentaire