La belle et le bête

6 août 2006 par - Weblog

Ainsi la résurrection de l’américain Floyd Landis ne serait pas due à une bonne cuite, mais plus simplement, le résultat de ces étranges pharmacopées que les successeurs du docteur Frankenstein inoculent à de faux champions en mal d’exploits.
Après l’épisode du maillot jauni, le cyclisme et le tour de France auront besoin d’un sérieux coup de limpidité pour retrouver une crédibilité sportive.
Heureusement, il y a le talent, la grâce et la détermination de Laure Manaudou pour nous faire vivre sur les bords du Danube, ces grands moments où la beauté du sport est insurpassable.

Pascal Rogard

Laisser un commentaire