Un faux problème

20 février 2009 par - économie numérique

Selon les comptenteurs de la loi création et Internet, le téléchargement illicite des oeuvres audiovisuelles et musicales est un faux problème .

En particulier, pour ces nouveaux économistes la chute prodigieuse des ventes de musique enregistrée n'aurait aucun lien avec le développement des échanges gratuits de fichiers musicaux. Le cataclysme qui a frappé les majors de la musique comme les indépendants serait lié à une obsolescence de leur modèle économique, à des prix abusivement élévés et à une incompréhension du nouvel environnement numérique.

Autant de bonnes raisons qui permettent de justifier sans vergogne le pillage des oeuvres et le mépris des droits des créateurs et qui me ramènent 30 ans en arrière quand certains spécialistes prétendaient que la formidable croissance du parc de téléviseurs n'avait eu aucune influence sur la chute de la fréquentation des salles de cinéma.

Commentaires (10)

 

  1. Bluetouff dit :

    C’est vrai que niveau faux problèmes, vous en connaissez un rayon !

    Par exemple moi mon vrai problème comme je vous l’ai déjà expliqué sur ce blog c’est que vos petits copains et vous même m’empêchez de faire mon métier pour préserver un business model que vous savez mort.

    Comme vous le savez certainement aucun étude d’impact des délirium de Mme Albanel qui s’en prend maintenant directement au coeur de mon activité, le wifi communautaire et social, n’a été produite. Quelle genre de crétin faut il être pour préconiser des white list sur les hotspots wifi, en plus en détournant complètement l’avis du CGTI ?

    voir : http://www.numerama.com/magazine/12049-Albanel-seuls-les-sites-autorises-pourraient-etre-vus-en-Wi-Fi.html

    Ni Eric Besson, ni NKM n’a daigné faire son travail, c’est tout bonnement scandaleux !

    Secondo, à qui voulez vous faire croire que votre problème à vous est de faire vivre les créateurs ? Si c’était le cas, Pourquoi Mr Petitgirard irait demander une taxe sur le CA de fournisseurs d’accès pour financer la création ? La riposte gradué ne suffira t-elle pas à faire remonter les ventes CD ? C’est don un aveu ? L’aveu que la loi Création et Internet ne servira qu’à financer les organismes parasites qui pillent les créateurs et non les créateurs eux mêmes. Mr Petitgirard l’a d’ailleurs très bien compris et ne compte visiblement pas sur elle.

    http://www.freebre.org/contenus/actualite/comme-prevu-laurent-petitgirard-sacem-vient-faire-la-manche-aupres-des-fournisseurs-dacces-on-marche-sur-la-tete/

    Vous parlez de pillage … je vous renvois à la définition de ce terme et celle du mot vol que Maître Eolas vous expliquera sans doute mieux que moi, je vous la cite quand même car j’ai l’impression que ça a du mal à rentrer dans vos esprits :

    « (..)un vol est l’appropriation frauduleuse de la chose d’autrui. Or il n’y a aucune dépossession en cas de copie illégale d’un film, ce qui exclut tout vol (il en va différemment si on vole la copie d’un film dans un supermarché sans la payer, par exemple, mais c’est le support, non l’œuvre, qui est volé, à son propriétaire, le supermarché, l’auteur ne subissant aucun préjudice). »

    cf : http://www.maitre-eolas.fr/2009/02/16/1318-quelques-lecons-de-droit-a-l-attention-de-luc-besson

    Et enfin permettez moi de pouffer de rire avec votre navrante comparaison entre l’internet et la croissance du parc de téléviseurs, … j’y ajouterai également que l’imprimerie a tué la profession de scribes, que la voiture en chine va tuer les pousse-pousse … bienvenue dans le 21e siècle cher Pascal, on arrête pas de vous le dire, votre business est mort, quand allez-vous comprendre qu’il est temps pour vous de vous en trouver un autre au lieu de quémander une perfusion fiscale ? …

    Petite question , comme ça au passage : la TV fait vivre combien de vos 45 000 auteurs au fait ?

    Ce que nous méprisons Mr Rogard c’est votre attitude, vos mensonges, et faire croire que nous méprisons la création est sûrement le plus odieux de ces mensonges.

    Enfin pour conclure et pour vous montrer que les solutions, ça fait bien longtemps que nous les avons trouvé : les sociétés d’auteurs et les majors sont très fortes pour donner des chiffres de téléchargement sur des oeuvres, preuve, contrairement à ce que vous dites, que la répartition d’une perception d’une licence globale est très simple à redistribuer ! Pourquoi ces chiffres ne serviraient pas à financer la création au lieu de servir votre propagande ?

  2. Bobby dit :

    Tiens, il ne parle plus de cinéma lui ?

    Ah c’est vrai, l’industrie du cinema n’est plus sur le point de mourir étranglée sous les millions de mains de ces salauds de « pirates » qui ne comprennent rien à l’art, vu qu’ils l’échangent.

    Les entrées en salles de ciné n’ont-elle pas fait un record sur l’année 2008 ? Après avoir déja augmenté de +17% (de mémoire) en 2005, et avoir subi de légères baisses depuis qui n’avaient pas compensé ce pic…

    La ministre a eu beau se lamenter sur les millions de téléchargement des Ch’tis… Ils ont tout de même pété le box-office et les records de vente en DVD… et pareil pour Batman, et Taken, que tout le monde tenait pour mort.

    Zut, n’y aurait-il donc pas de correspondance entre téléchargement et perte de vente, ce qui est pourtant la base de l’argumentaires des Rogard, Forbin, Rony, Albanel, Nègre et companie ? Peut-être que les oeuvres les plus vues au téléchargement sont aussi les plus vues en payant ? Comme la musique à la radio…. ?

    C’est pas grave, faisons quand même cette loi imbécile et rétrograde ! Après tout la grande vertu pédagogique de la peur du gendarme est des coups de bâtons fera _forcément_ remonter les ventes de CD, de DVD et les places de ciné. Personne ne va en retour se radicaliser et boycotter tout ce petit monde, ça non.

  3. Pascal Ricard dit :

    ah merde c’est vrai que l’industrie du cinéma est morte lorsque la télé est apparue, paix à son âme!

    quoi? on me souffle dans l’oreillette qu’elle a en réalité su exploiter ce nouveau canal de diffusion, en y fourgant ses films, en vendant des contrats d’exclusivité, des co-productions, etc…

    bwouuu!! s’adapter à son époque? ça a l’air crevant!!! faisons une loi plutôt, traitons nos clients comme des racailles, et tâchons de bloquer cet internet qu’on comprend pas trop pour le faire retourner dans sa boite.

    sisi je vous assure, si la cuiller est assez grosse et qu’on y passe assez longtemps, on peut vider la mer. allez, un p’tit effort!!!!

  4. Albanuche dit :

    « Le cataclysme qui a frappé les majors de la musique comme les indépendants serait lié à une obsolescence de leur modèle économique, à des prix abusivement élévés et à une incompréhension du nouvel environnement numérique. »

    Ben vous voyez, c’est pas si compliqué que ça d’être un peu honnête avec soi-même!!

  5. lossy dit :

    Mr Rogard,

    je ne reviendrai sur votre étonnante mauvaise foi qui tend prouver que vous écoutez bien les critiques mais désirez avant tout protéger votre « patrimoine » avant de s’interesser aux artistes.

    En revanche la remarque sur le cinéma est encore plus perverse que vous ne voulez le croire.

    Parce que si il y a effectivement plus d’entrée globalement dans les salles (ce qui rapporte aux… majors), il y a effectivement moins de salles indépendantes qui elles se sont fait littéralement étouffées par les multiplexes.

    Vous ne défendez pas l’art Monsieur Rogard, vous défendez vos étrennes au sein d’entreprises qui ferment les yeux volontairement et utilisent la victimisation publique, les manipulations publicitaires (jaimelesartistes.com) et les copinages politiques pour justifier le fait qu’elles ne veulent pas changer de modèles de revenus.

    Vous vous aliénez au fur et à mesure vos propres clients en les traitant tous comme des voleurs.

  6. L'oreille et les yeux dit :

    Permettez-moi Monsieur Pascal Rogard, de vous posez une question,

    Malgré le beau métier que vous avez la chance d’exercer, comprenez-vous la signification de « combat pour la création »?

    Pour finir, une définition du nom « commun » intelligence:

    « Aptitude à appréhender et organiser les données de la situation, à mettre en relation les procédés à employer avec le but à atteindre, à choisir les moyens ou à découvrir les solutions originales qui permettent l’adaptation aux exigences de l’action ».

    Adaptez-vous à la réalité des choses, et la réalité des choses vous aidera. Pour le moment ça sent le renfermé.

    Bien à vous et bon courage.

  7. Pascal Rogard dit :

    J’adore l’internaute qui me critique pour ne pas avoir défendu les salles indépendantes alors qu’un autre me reproche la règlementation sur les cartes illimitées dont c’était précisément l’objectif.
    Mais il est vrai que lorsque l’on veut noyer son chien…….

  8. Bluetouff dit :

    Comme je suis triste que vous ne répondiez à aucune de mes questions ….

  9. Pascal Rogard dit :

    Mais je ne vous réponds pas car étant qualifié par vous de menteur j’avais cru comprendre que mes propos ne vous intéressaient pas .
    Et je veux surtout m’éviter d’inutiles polémiques avec d’aussi éminents spécialistes que votre avocat Eolas.

  10. bluetouff dit :

    Vos propos m’intéressent grandement, je ne viendrais pas vous lire si régulièrement si ce n’était pas le cas. Vous avez toujours fait preuve de plus de subtilité que « ces cons du disque » 😉

Laisser un commentaire