Le cabinet des antiques

11 juillet 2009 par - audiovisuel

Le CNC aura finalement réussi a faire entrer tous les opérateurs industriels dans son "cabinet des antiques" puisque le SEVN a  décidé de signer l'accord sur la chronologie des médias contre la promesse de mettre aux oubliettes les dispositions limitant les possibililités de promotion des DVD et de la VàD à l'acte, dispositions dont la première victime aurait été la presse magazine qui sert de support de publicité pour la promotion de la vidéo.

Le résultat des courses devrait interpeller les responsables politiques qui avaient fait du développement de l'offre numérique la contrepartie légitime de la mise en place de l'Hadopi.

En effet, si conformément au vote du Parlement unanime, le délai de diffusion de films en DVD et en VàD à l'acte a bien été abaissé à quatre mois à compter de la sortie des films en salles de cinéma, la possiblité de dérogation à 3 mois prévue par la loi n' a été ouverte que pour des films dont l'exploitation est restée confidentielle.

La VàD par abonnement a été repoussée à 3 ans et la VàD gratuite à 4 ans alors même que les majors américaines pourtant sourcilleuse dans la préservation de leurs droits expérimentent des systèmes de diffusion sur Internet beaucoup mieux adaptés à la demande du public.

Les films qui n'ont pas eu la chance de bénéficier d'une offre de diffusion télévisuelle devront donc attendre au purgatoire avant de bénéficier des nouvelles possibilités de rencontrer les cinéphiles qu'offrent les technologies modernes.

Une attente insupportable, inexplicable et inacceptable et une atteinte forte à la liberté d'expression.

Commentaires (3)

 

  1. ZaraA dit :

    Pascal avec nous ! Encore un effort…

  2. ikariya dit :

    alors maitnenant qu’on sait que la contrepartie à l’hadopi n’est qu’une vaste fumisterie, allez vous arrêter de soutenir ce projet ?

    Vous n’avez eu de cesse de justifier l’Hadopi, en promettant que c’était un préalable à l’établissement d’une offre de qualité pour le public et on voit aujourd’hui ce qu’il en est.

    Etant donné que le public n’aura rien de plus, c’est un fait maintenant établi puisque signé, allez vous publiquement dénoncer la machine infernale hadopi ?

  3. pierre dit :

    je ne comprends même pas en quoi la chronologie des médias relève de près ou de loin les pouvoirs publics …

    la chronologie des médias est condamnée. cela suppose une réflexion autour du financement des oeuvres. il faudra notamment assurer la viabilité de canal +. mais cela ne relève en rien de la mission impossible.

    je ne m’expliquerait jamais pour quelle raison les majors (disque, ciné …) continuent de se battre pour des modèles dépassés, quand les nouvelles technologies leur permettraient d’amasser des sommes dont ils n’auraient même pas rêvé dans les 90′ …

Laisser un commentaire en réponse �&á ZaraA